Contenu

Campagne feux de forêts 2015

 
Graphisme de prévention feu de forêt pin parasol bleu derrière une allumette enflammée

926 sapeurs pompiers professionnels et les 4 565 sapeurs pompiers volontaires sont prêts.

En complément de l’action des pouvoirs publics, la vigilance de chacun, une extrême prudence, une attitude citoyenne, respectueuse des règles instituées et des précautions à prendre lorsqu’on se trouve en forêt, sont indispensables.

 




Un lourd dispositif de prévention des feux de forêts

Prévenir le risque incendie avec les plans de prévention du risque incendie de forêt (PPRIF)
Suite aux terribles incendies de forêt de 2003, le préfet du Var a prescrit un Plan de prévention des risques d’incendies de forêt (PPRIF) dans 17 des communes du département les plus exposées.

Sur ces 17 PPRIF, 6 sont approuvés (Les Adrets de l’Estérel, Vidauban, Fréjus, Saint-Raphaël, Bormes les Mimosas et La Cadière d’Azur) et 5 autres opposables par anticipation (Le Castellet, La Londe, Plan de la Tour, Sainte Maxime et Tanneron).
Les PPRIF dans le Var

Prévenir le risque incendie avec le débroussaillement obligatoire
Débroussailler, c’est une nécessité
Débroussailler, c’est d’abord se protéger, protéger sa maison, sa famille, son terrain et ses biens.
Débroussailler, c’est limiter la propagation du feu, diminuer son intensité.
Débroussailler, c’est aussi protéger la forêt et faciliter le travail des sapeurs-pompiers.
Débroussailler, c’est une obligation
La loi oblige tout propriétaire d’un terrain situé en forêt ou à moins de 200 m d’une forêt à débroussailler son terrain et le chemin d’accès.
Tout contrevenant s’expose à une amende de 135 € renouvelable et, suite à une mise en demeure restée sans effet, à une amende de 30 €/m² non débroussaillé.
Débroussaillez dans les règles

 

Prévenir le risque incendie en réglementant l’emploi du feu
La forêt couvre plus de 60% de la superficie du département du Var et elle est particulièrement sensible au risque d’incendie. Or, 9 départs de feu sur 10 ont une origine humaine, le plus souvent liée à une imprudence. L’usage du feu est donc strictement réglementé. Afin d’éviter d’importants dégâts et de lourdes sanctions, vous devez porter une attention particulière à la réglementation en vigueur.

Le brûlage des déchets verts est interdit.
Il est interdit en tout temps et en tout lieu du département du Var de brûler à l’air libre les déchets verts produits par les particuliers, les professionnels et les collectivités locales.
Des dérogations sont prévues pour les agriculteurs, les forestiers, les travaux d’intérêt général, l’élimination d’organismes nuisibles et la mise en œuvre des obligations légales de débroussaillement.

Pas de feu en forêt !
A l’intérieur ou à moins de 200 mètres des forêts, il est interdit au public, toute l’année, de porter ou d’allumer des feux nus (flamme à l’air libre). Il est également interdit à tous et toute l’année de jeter des objets en ignition (notamment des mégots de cigarette), ainsi que de fumer en période rouge, dans les forêts et sur les voies qui les traversent. Le non respect de ces interdictions est passible d’une contravention de 4ème classe et des sanctions pénales sont prévues en cas d’incendie.

Réglementation de l’emploi du feu dans le Var

 

Prévenir le risque incendie avec la surveillance des massifs forestiers

Sont ainsi mobilisés chaque jour :
• pour le SDIS, 100 à 180 sapeurs pompiers sont mobilisés à titre préventif avec 580 autres sapeurs pompiers en casernes et 5 tours de guet du SDIS et 209 véhicules de lutte contre les feux de forêt
• pour les comités communaux feux de forêt (CCFF), 143 patrouilles les jours de risque élevé sont mobilisables ainsi que 19 vigies, déployées en fonction du risque
• 48 patrouilles camion citerne feu foret léger (CCFL) (DDTM et Conseil départemental), 4 vigies DDTM et 2 cellules forestières d’appui DDTM au PC de site sapeurs-pompiers,
• 6 à 12 patrouilles de police forestière d’agent ONF assermentés
• 2 patrouilles équestres (une gendarmerie et une Conseil départemental/Communauté de Communes du Pays de Fayence)
• le dispositif gendarmerie se compose d’un groupe de surveillance dans les massifs des Maures et 1 patrouille équestre (1 garde républicaine et 1 réserviste équitant) sur la plaine des Mayons.
• 2 patrouilles lacustres (En collaboration avec la DDT des Alpes de Haute Provence, dans le cadre d’une convention rémunérée par le CFM, l’ONF du 83, du 04 ainsi que la DDSIS du 04)
• 6 à 7 patrouilles nocturnes dans la saison, sur les rives des lacs de Ste CROIX et St CASSIEN (dans le cadre d’une convention avec l’ONCFS 83).
Service Départemental d’Incendie et de Secours du Var

 

Prévenir le risque incendie grâce aux prévisions météorologiques
La prévision feux de forêt : « une aide à la décision »
Dans le dispositif de prévention et de lutte contre les incendies de forêt en zone méditerranéenne, Météo France a un rôle déterminant.
Chaque été, de la mi juin à fin septembre, l’assistance météorologique aux feux de forêt se traduit par la mise en place d’une antenne de Météo France, dans les locaux de l’état-major de la zone Sud à Valabre dans les Bouches du Rhône, responsable de l’analyse du danger météorologique d’incendies. Chaque jour un ingénieur prévisionniste spécialisé « feux de forêt » élabore et diffuse des prévisions de danger météorologique d’incendies pour le jour-même et le lendemain. Ces prévisions sont mises à disposition des services de la Sécurité Civile et couvrent 15 départements et 116 zones.

L’analyse du danger d’incendie
L’analyse du danger météorologique d’incendies de forêt est basée sur un zonage et un réseau de mesures mis en place pour répondre aux besoins spécifiques de l’analyse feux de forêt. La précision de l’analyse du danger d’incendies impose de disposer d’un réseau de mesures dense, actuellement 283 stations automatiques dont 184 « complètes » qui mesurent le vent, la température, l’ humidité, la pluie.
Le Var est découpé en 9 zones et comptabilise une quinzaine de stations complètes.

L’analyse du danger météorologique d’incendies de forêt comprend plusieurs phases.
Pour chacune des zones, on réalise successivement :
- un calcul de l’état de sécheresse
- des prévisions expertisées de paramètres météorologiques, dans l’optique feux de forêt : vent, température, humidité de l’air, ensoleillement, pluie.

Au final, le prévisionniste feux de forêt attribue un niveau de danger à chaque zone. Ce niveau de danger prévu est utilisé pour le choix des dispositifs préventifs. Il constitue un élément décisif pour optimiser la mobilisation et le déploiement des moyens de lutte contre les incendies de forêt.

Bilan météorologique
Après un hiver humide et un printemps chaud, les réserves en eau sont assez satisfaisantes compte tenu notamment des précipitations de la première quinzaine de juin. Ainsi, par exemple nous enregistrons le niveau de sécheresse le plus bas pour la saison, depuis 2000 dans le Haut Var.

Toutefois, le bénéfice des dernières précipitations est susceptible d’être atténué par les épisodes venteux et une température saisonnière bien supérieure (+ 2.9°) à la moyenne depuis 30 ans.

Prévenir le risque incendie en réglementant l’accès aux massifs
Comme chaque année pendant l’été, l’arrêté préfectoral du 15 mai 2006 modifié le 22 juin 2011 réglemente la pénétration dans les massifs forestiers, la circulation et le stationnement sur certaines voies les desservant pour la période du 21 juin au 30 septembre.

En effet, les restrictions de passage et de stationnement dans les terrains boisés, hors des voies ouvertes à la circulation publique, constituent, avec l’obligation de débroussaillement et l’interdiction d’emploi du feu, une des mesures essentielles de la politique de prévention contre les incendies de forêts.
L’accès aux massifs est réglementé par une échelle de niveaux de couleurs représentant un niveau de danger feu de forêt :

Carte des massifs forestiers
Couleur jaune  : niveau de risque incendie modéré : il convient de faire preuve de prudence
Couleur orange : niveau de risque incendie sévère : la pénétration dans les massifs est déconseillée
Couleur rouge  : niveau de risque incendie très sévère : la pénétration du public dans les massifs est fortement déconseillée. L’accès des véhicules est interdit sur les voies signalées par un panneau avec un fond blanc cerclé de rouge.
Couleur noire : niveau de risque incendie exceptionnel : la pénétration du public est interdite. L’accès des véhicules est interdit sur les voies signalées par un panneau avec un fond blanc cerclé de rouge.

Cette carte publiée chaque jour, avant 19h, pour la journée du lendemain, sur le site Internet de l’État dans le Var renseigne sur le niveau de danger feu de forêt massif par massif.
Ouvrez la carte maintenant : Accès aux massifs forestiers du Var

 

La lutte contre les feux de forêts

La vigilance de chacun
En complément de l’action des pouvoirs publics, la vigilance de chacun, une extrême prudence, une attitude citoyenne, respectueuse des règles instituées et des précautions à prendre lorsqu’on se trouve en forêt, sont indispensables.
Le risque incendie de forêt : causes et conséquences

Retour sur les feux de forêts de 2014
Nombre de feux et surface en 2014 : 49 feux de forêts (9.6 hectares) et 359 feux péri-urbains.
Pour mémoire, nombre de feux et surface pour l’année 2013 : 57 feux de forêts (25.95 hectares) et 424 feux péri-urbains.

Les moyens du SDIS concourant à la lutte contre les feux de forêt :
120 véhicules de liaison tout terrain.
148 camions citernes feux de forêts Moyen.
42 camions citernes feux de forêts Super.
19 camions citernes de grande capacité.
9 postes de commandement mobiles.
1 détachement d’intervention héliporté.
4 hélicoptères bombardiers d’eau (HBE), basés au Castellet, au Cannet (2) et à Fréjus dans le cadre d’un marché de 5 années.

Les moyens du Conseil Départemental :
1. Les travaux de génie
Les travaux de génie occupent une place stratégique dans le dispositif de lutte contre les feux de forêts. Ils permettent, avec des moyens adaptés, de parfaire ou ouvrir des pistes de circulation et de pénétration ; d’améliorer les zones d’appui ; de traiter les lisières arrière et latérales.
Ces travaux peuvent être effectués par la sous-direction Génie Civil et Forestier, de la Direction routes, transports, ports et forêts du conseil départemental du Var qui dispose, à cet effet, de 14 hommes et 2 bulldozers, notamment sur la période du 1er juillet au 30 septembre.

2. L’unité de forestiers sapeurs
Le pôle d’appui logistique et technique du Conseil Départemental met en place un dispositif d’astreinte « feux de forêts » du 1er juillet au 30 septembre, matérialisé par la mise à disposition d’une équipe de Forestiers sapeurs au profit du SDIS.
Cette unité est chargée, lors de sinistres importants, de la création de layons de pénétration dans les massifs forestiers pour les personnels à pied travaillant dans le cadre de « commandos feux de forêts ». Elle est constituée de 3 véhicules légers tout terrain armés par 13 hommes équipés de matériels de chantiers adaptés.

3. La direction des routes et la direction des pôles techniques du Conseil Départemental :
La direction des routes du Conseil Départemental intervient pour la fermeture des voies à la circulation.
La fermeture ou la réouverture de ces voies de circulation est effective sur décision du Commandant des Opérations de Secours en concertation étroite avec la Gendarmerie et la Police.

4. Un débroussaillement du réseau routier départemental :
Contribution du réseau routier départemental au maillage DFCI.

Un protocole renforcé avec la SNCF et RTE (réseau de transport électrique) :
Convention avec RTE relative à la coupure des lignes à très haute tension (THT) traversant le département et susceptibles d’être menacées par le développement d’un feu.
Élaboration, avec la SNCF, d’une doctrine opérationnelle destinée à limiter l’extension des feux ayant pour origine le blocage des roues d’un train.

JPEG Les moyens nationaux pouvant être sollicités en renfort :
Le RIISC7 de Brignoles avec :
1 groupe de génie intégré.
1 détachement d’intervention héliporté.
1 détachement d’intervention « retardant ».
Les Marins-Pompiers de Toulon et la section incendie du Camp de Canjuers à hauteur d’un GIFF au minimum par unité.
La Base aérienne de la sécurité civile du ministère de l’intérieur avec :
11 Canadairs
9 Trackers
2 DASH 8.

 



Une expertise au service de la recherche des causes

Créée en 2004, sous l’impulsion du procureur de la République de Draguignan, du Préfet du Var et du Préfet de région à la suite de la saison catastrophique de 2003, la cellule pluridisciplinaire départementale spécialisée en recherches des causes et circonstances des incendies de forêts intervient sur tous les « feux de forêts » et sur tous les « feux péri-urbains » de végétaux.
Cette cellule est généralement composée de 3 personnes : un gendarme (officier de Police Judiciaire), un forestier de l’ONF ou de la DDTM et un sapeur-pompier du SDIS.
La cellule travaille uniquement sur l’analyse des vestiges physiques dans le but de retracer le comportement de l’incendie, de localiser le(s) point(s) de départ et éventuellement de déterminer la cause de l’incendie. Dans le cas où celle-ci n’apparaît pas évidente, la cellule donne des orientations sur les hypothèses (cadres des indicateurs d’activités) concernant l’origine de l’incendie et facilite ainsi l’enquête judiciaire.
Quelles que soient les circonstances, l’investigation effectuée par l’équipe fait l’objet d’un rapport d’investigations qui est remis au directeur d’enquête en charge de l’incendie, qui l’annexe à son procès verbal.
Depuis 2009, une formation a été mise en place au niveau zonal à partir de cette expérience varoise. Aujourd’hui, de nombreux départements ont pu en bénéficier.