Contenu

Le risque incendie de forêt

 

En complément de l’action des pouvoirs publics, la vigilance de chacun, une extrême prudence, une attitude citoyenne, respectueuse des règles instituées et des précautions à prendre lorsqu’on se trouve en forêt, sont indispensables.

 

Le risque incendie de forêt, causes et conséquences.

On définit le feu de forêt comme un incendie qui a atteint une formation forestière ou sub-forestière (garrigues, friches et maquis) dont la surface, d’un seul tenant, est supérieure à 1 hectare.

Le contexte local
Le département du Var est le plus boisé de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (65%) et le deuxième département de France après la Corse du Sud (71 %).
Le taux d’accroissement annuel moyen de sa surface forestière entre 1985 et 2015, est faible, comparé à d’autres départements (entre 0,3 et 0,7 %/an).
Plusieurs évènements majeurs ont été enregistrés depuis 1958, dont notamment les feux des années 80-90, 2003 et 2017.

Le contexte départemental est très favorable aux incendies de forêt :

  • le climat méditerranéen étés chauds et secs, hivers doux,
  • les vents,
  • des massifs boisés présentant des des essences inflammables,
  • une fréquentation touristique importante, l’augmentation des zones d’interface hâbitat/forêt, l’urbanisation galopante sur les territoires naturels, la déprise agricole entraînant un enfrichement puis l’apparition de forêts denses sur les anciennes terres cultivées.

Ces facteurs augmentent la probabilité d’éclosion d’un incendie et sa propagation.
Dans ces conditions, toutes les communes du Var sont exposées aux feux de forêt.

 

Comment démarre le feu de forêt ?

Plus de 90 % des départs de feux sont d’origine humaine et moins de 10 % seulement ont une cause naturelle (la foudre par exemple).
C’est en cela que le risque feu de forêt se différencie des autres risques naturels. L’imprudence (55% des cas) ou l’accident (8%) sont à la base des départs d’incendie, la plupart dus à l’emploi du feu (brûlage, barbecue), aux mégots, aux dépôts d’ordure… Autre cause importante, la malveillance (mise à feu volontaire, 23% des cas environ) qui génère souvent les feux les plus grands et les plus virulents.

 

Le risque est aggravé par la conjugaison de facteurs :

Feu de Fréjus le 23 juillet 2003
climatiques : des vents forts, la sécheresse et les fortes chaleurs qui rendent la végétation fortement inflammable et combustible ;

topographiques : des massifs souvent non isolés les uns des autres facilitant le passage du feu, un relief souvent tourmenté qui accélère le feu à la montée ;

anthropiques :l’embroussaillement de zones rurales consécutif à la déprise agricole, une urbanisation diffuse très étendue, une fréquentation croissante des espaces boisés, des zones habitées au contact direct de l’espace naturel, les dépôts d’ordures, la présence de lignes électriques. Ces facteurs accroissent la surface de contact entre les espaces naturels combustibles et les habitations, ce qui augmente les risques d’incendie.

 

Des feux de forêt se déclarent chaque année :

De 1986 à 2006 les superficies brûlées s’élèvent à plus de 85 000 ha au total pour 7 400 départs de feu, avec de fortes variations annuelles. Certains feux de forêt ont fait des blessés et des victimes parmi les sapeurs pompiers ou la population.Plusieurs sapeurs-pompiers subissent toujours les séquelles de « très graves brûlures ».
Rappel de quelques années fortements marquées par les feux de forêts dans le Var :

  • 1989 : 12 900 ha ;
  • 1990 : 26 000 ha ;
  • 2003 : 18 800 ha dont 14 000 ha dans le Massif des Maures (17 et 28 juillet, 31 août) ;
  • 2005 : 1 800 ha dont région de Fréjus (5 juillet), évacuation de milliers de vacanciers, 6 campings touchés, 800 hectares ravagés ; communes de Carqueiranne et du Pradet (5 août), 700 personnes évacuées, 170 ha brûlés.
  • 2017 : 4 150 ha dont 1 704 ha à Artigues (24 juillet) ; 1 423 ha à La Londe (25 juillet) et 506 ha à La Croix-Valmer (24 juillet).

A titre comparatif : 1 ha = la surface d’un terrain de football.

 

Les conséquences sur les personnes et les biens :

 

Fréjus 2003

 

Les feux de forêt sont très coûteux en termes d’impact humain, économique, matériel et environnemental.
La disparition de la couverture végétale aggrave les phénomènes d’érosion et les conditions de ruissellement des eaux superficielles.
La destruction des paysages suite au passage des flammes a un fort impact visuel pour la population.
Les incendies répétitifs détruisent de façon quasiment irréversible le patrimoine naturel (incendies spectaculaires et répétitifs dans le Massif des Maures), entraînant des pertes économiques difficilement chiffrables.
Dans les départements littoraux de Provence-Alpes-Côte d’Azur les plus gravement exposés, la prévention des feux de forêts doit être un élément important de l’aménagement du territoire.


Ouvrez le dossier d'information feux de forêt Hyères les palmiers

 

Les feux de forêt (format pdf - 1.2 Mo - 02/08/2012)


Ouvrez une étude des feux en France Ouvrez le site   (nouvelle fenetre)Consultez la banque de données sur les incendies de forêts PROMÉTHÉE

 

l’édude des feux en France (format pdf - 7.7 Mo - 02/08/2012)

 

Articles associés
Accès aux massifs forestiers du Var. Conseils, obligations et interdictions quand vous êtes en forêt, pour éviter d’importants dégâts et de lourdes sanctions.
Incendies de forêt, campagne nationale de lutte. Une stratégie de lutte contre les incendies de forêts originale et efficace.