Salle de presse

Contenu

Les lauréats du concours national de la Résistance et de la Déportation

 

46 collégiens et lycéens sur 204 participants ont été mis à l’honneur à la préfecture du Var pour leur travaux sur l’entrée en résistance.

 

Mercredi 23 juin, le secrétaire général de la préfecture représentant le préfet du Var a présidé la cérémonie de remise des prix décernés aux candidats auteurs des meilleures productions du département pour les éditions 2019-2020 et 2020-2021 du Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD).

Cette cérémonie s’est déroulée en présence d’Olivier Millangue (inspecteur académique, directeur académique des services de l’éducation nationale du Var), Jean-Marc Noaille (inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional d’histoire-géographie, référent académique Mémoire et Citoyenneté), Jean Morin, président d’honneur du CNRD 2020 et 2021, président de l’Union départementale des Combattants Volontaires de la Résistance.

Une délégation de représentants d’associations de Résistants, d’Internés et de Déportés (notamment Mme Léonie Konieczka, vice-présidente nationale de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes-FNDIRP), de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG), de chefs d’établissement, de professeurs, de parents et d’élèves était également présente.

• Le concours national de la Résistance et de la Déportation

Créé en 1961 par la volonté conjointe des Résistants et de l’Éducation nationale de faire vivre la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, le CNRD est le seul concours à associer dans chaque département les instances académiques de l’éducation nationale, les associations de résistants et de déportés, et l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG). À l’échelle nationale, il compte parmi ses partenaires les ministères de la défense, de la justice, de la culture, les associations et fondations de mémoire, les musées et mémoriaux.

Ce concours s’appuie sur l’enseignement de l’Histoire et sur les Mémoires. Il contribue à un travail pluridisciplinaire, dans une démarche d’éducation à la citoyenneté. À ce titre, il s’inscrit dans le parcours citoyen de l’élève.

Il se divise en 4 catégories :

• catégorie individuelle 3e ;
• catégorie individuelle lycée ;
• catégorie travaux collectifs collège ;
• catégorie travaux collectifs lycée.

Dans les catégories individuelles, les élèves composent sur un sujet imposé en lien avec le thème de l’année.

Dans les catégories travaux collectifs, les élèves choisissent le type de production et le support utilisé, tout en respectant le thème de l’année.

Les productions collectives sous format numérique (vidéo ou magazine) ont été plébiscitées. Elles ont facilité le travail des élèves, à distance et en autonomie, permettant l’adaptation aux contraintes sanitaires.

• Thème de l’année

Les travaux réalisés cette année et l’année dernière ont porté sur le thème « 1940. Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister ».

Les événements survenus en 1940 font de cette année l’une des plus noires de l’histoire de la France à l’époque contemporaine. Une défaite militaire qui tourne en débâcle et l’exode, la faillite des élites et le choix de l’armistice, l’occupation du territoire et l’avènement d’un régime autoritaire qui collabore avec le vainqueur. La défaite, l’effondrement et l’avènement du régime de Vichy se sont pourtant accompagnés de formes de résistance et d’opposition importantes au cours de l’année 1940 qui, selon leurs caractéristiques et leur intentionnalité, incarnent trois comportements différents : comprendre, refuser, résister.

• Les participants au concours

• 36 élèves de 3e et 168 élèves de lycée ont participé.

• 8 établissements scolaires sont concernés :

• 3 collèges :
- Font de Fillol (Six-Fours) ;
- L’Herminier (La Seyne) ;
- Paul Eluard (La Seyne).
• 5 lycées :
- Beaussier (La Seyne) ;
- Dumont d’Urville (Toulon) ;
- Jean Aicard (Hyères) ;
- Raynouard (Brignoles) ;
- Sainte Jeanne d’Arc (Brignoles).

46 élèves ont été mis à l’honneur, parmi les 204 jeunes Varois ayant participé. Leurs travaux ont été sélectionnés au niveau départemental par un jury constitué d’enseignants varois et de représentants d’associations mémorielles réunis sous la présidence d’Olivier Millangue, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Var et de Jean-Marc Noaille, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional d’histoire-géographie, référent académique « Mémoire et Citoyenneté ».

 
 

Documents associés :