Contenu

Réussir l’implantation d’une centrale photovoltaïque au sol (CPS)

Au delà des dispositifs réglementaires et autres servitudes, les spécificités du Var imposent de tenir compte des enjeux et des contraintes du territoire pour déterminer le lieu possible d’implantation de cette installation semi-industrielle.

Il est recommandé de mener une réflexion à des échelles plus larges que la simple délimitation communale, notamment sur les points suivants :
1) la solidarité territoriale pour un partage des ressources,
2) la recherche impérative du mix-énergétique,
2) la prise en compte des effets de pastillage des CPS, notamment en zone naturelle,
3) la prégnance de l’effet visuel et de l’impact paysager, surtout en cas d’accumulation
4) le risque incendie induit et subit, avec la responsabilité de l’exploitant et du propriétaire foncier,
5) la surcharge des poste source et sélection du point de raccordement et des tracés,
6) …

Les principes retenus sont (liste non exhaustive) :

1 - les sites anthropisés et dégradés sont des terrains à privilégier pour l’implantation de CPS.
2 - les terres dédiées à l’agriculture (y compris jachère-friches) sont à exclure, ainsi que les terres bénéficiant de subventions (restauration de restanques, plantation, irrigation, …).
3 - les espaces naturels (boisés ou non) présentant un fort enjeu forestier, agro-sylvo-pastoral, et/ou biodiversité, sont à exclure.
4 - les espaces et sites naturels remarquables sont à protéger.
5 - les terrains exposés à des aléas ou risques naturels forts et très forts (zone rouge des plans de prévention des risques notamment) sont à proscrire.
6 - le développement des CPS doit être cohérent avec le projet paysager/patrimonial et nature du territoire (seuil de saturation, inscription des sites en cours, PNR, espaces naturels sensibles, zones humides, …)