Contenu

Une conduite souple et fluide

Pour économiser du carburant, il est préférable d’adopter une conduite souple et fluide.

Utiliser son moteur à bon escient

  • Démarrer le moteur après s’être installé
  • Ne pas accélérer en lançant le moteur
  • Ne pas préchauffer le moteur avant de rouler, même l’hiver
 

Passer la vitesse supérieure très rapidement de façon à rouler sur le rapport de boîte le plus élevé possible :

Passer la vitesse supérieure autour de 2 500 tours/minutes pour un véhicule à essence et autour de 1900 à 2 000 tours/minutes pour un véhicule diesel.

Éviter les sous-régimes qui abiment la mécanique du véhicule et engendre une sur-consommation. S’aider du compte-tour si le véhicule en est équipé.

 

Conserver au maximum une vitesse stable et éviter les accélérations inutiles.

Maintenez autant que possible votre véhicule à une vitesse stable. La perte de vitesse et donc de carburant sera alors plus faible. Toujours utiliser le rapport de vitesse le plus élevé possible.

Anticipez l’évolution du trafic pour éviter les freinages et accélérations inutiles, qui vous font consommer du carburant (à l’approche des feux notamment).

Ne pas rouler au point mort. Cela engendre une consommation même lorsque le véhicule est en mouvement. Privilégier les périodes de « coupure d’injection », où le véhicule roule avec un rapport engagé mais aucune action sur la pédale d’accélérateur.

Éteignez le moteur

N’hésitez pas à éteindre le moteur dès lors que vous envisagez un arrêt dépassant les 30s, et que cette durée est facilement évaluable : véhicules arrêtés dans les bouchons, en attente à la station service avant de faire le plein, feu rouge dont on sait qu’il sera long, circulation alternée dans des zones de travaux, etc…

Un moteur éteint ne consomme pas de carburant et la consommation additionnelle lors du redémarrage est moins importante que l’économie réalisée.