Mesures d’urgence Grêle août 2022

Contenu

Grêle d’août 2022, un fonds d’urgence pour les agriculteurs impactés

 

L’État met en place un fonds d’urgence pour soutenir les exploitations agricoles impactées par la grêle d’août 2022. Le formulaire et les pièces justificatives sont à transmettre avant le 14 octobre 2022.

Au vu d’un reliquat d’enveloppe, le dispositif est exceptionnellement prolongé jusqu’au 04 NOVEMBRE 2022 pour un nombre de dossiers limités.

 

Suite aux dégâts causés par la grêle le 17 août 2022, de nombreuses exploitations agricoles se sont retrouvées très fortement impactées sur les communes de Bormes-les-Mimosas, Bras, Brignoles, Carqueiranne, Hyères, La Crau, La Londe-les-Maures, Le Pradet et Le Val.

Mi-septembre, l’État a débloqué un fonds d’urgence de 500 000 euros, destiné à une aide aux exploitations ayant subi des pertes de récolte et présentant des difficultés immédiates de trésorerie. L’aide pourra atteindre 5000 euros par exploitation (avec application de la transparence pour les GAEC).

Ce fonds d’urgence concerne uniquement les agriculteurs à titre principal dont le siège d’exploitation est dans le Var.
Une commission composée de l’ensemble des partenaires, dont la chambre d’agriculture, s’est réunie le 22 septembre, afin de définir les critères d’éligibilité et de priorisation pour l’attribution de l’aide, et de valider le contenu du formulaire de demande de l’aide.

Ainsi, pour solliciter cette aide, les agriculteurs impactés par l’épisode de grêle doivent compléter le formulaire ci-joint et le transmettre, avec toutes les pièces justificatives associées, au plus tard le vendredi 04 NOVEMBRE (inclus).

Le dossier doit être transmis par courrier à :

Préfecture du Var - DDTM/SAF/BDR - CS 31209 - 83070 TOULON CEDEX
(le cachet de la poste faisant foi)

Pour respecter l’enveloppe financière allouée au département, les dossiers seront priorisés et indemnisés en tenant compte, notamment, des critères suivants :

  • mode de culture : priorisation selon la part des cultures sous serre verre, de plein champ et sous abri-haut ;
  • aléas climatiques subis antérieurement ;
  • présence d’un associé exploitant installé depuis moins de 5 ans ;
  • existence de dettes bancaires liées à l’exploitation.

Les documents à retourner :