Contenu

Lancement du premier Contrat de Transition Énergétique du Var (CTE)

 

 

Lancés en 2018, les CTE traduisent les engagements environnementaux pris par la France (Plan climat, COP21, One Planet Summit) au niveau local. Le préfet du Var Jean-Luc Videlaine, et Christine Amrane, (conseillère départementale du canton du Luc en Provence, présidente du syndicat mixte du massif des Maures, maire de Collobrières) ont présidé la réunion de lancement officiel du contrat de transition écologique du massif des Maures (CTE) ; jeudi 12 septembre 2019 en préfecture du Var.


Il s’agit d’une co-construction entre l’État et les territoires lauréats de l’appel à projet, qui font le pari d’une transition écologique génératrice d’activités économiques et d’opportunités sociales.



Lien vers la plateforme collaborative et de gestion de projets du CTE du Massif des Maures.
Pour plus d’informations, consulter le site du Ministère de la Transition Écologique.


Créer une dynamique entre les différentes économies du territoire, autour de la transition écologique.

 


Les 3 objectifs de cette démarche :

  • Démontrer par l’action que l’écologie est un moteur de l’économie, et développer l’emploi local par la transition écologique (structuration de filières, création de formations).
  • Agir avec tous les acteurs du territoire, publics comme privés, pour traduire concrètement la transition écologique.
  • Accompagner de manière opérationnelle les situations de reconversion industrielle d’un territoire (formations professionnelles, reconversion de sites).

Le contrat de transition écologique (CTE) du massif des Maures :


Le CTE, porté par le syndicat mixte du massif des Maures, regroupe 3 intercommunalités.
Les élus de ses trois intercommunalités membres : François de Canson, (conseiller régional, président de la communauté de communes Méditerranée Porte des Maures, maire de la Londe les Maures), Jean-Luc Longour, (président de la communauté de communes Cœur du Var, maire du Cannet des Maures) et Vincent Morisse, (conseiller régional, président de la communauté de communes Golfe de Saint Tropez, maire de Sainte Maxime) ; veulent œuvrer ensemble afin de répondre à l’urgence climatique en réintroduisant de l’activité et de la valeur dans le massif. La question n’étant plus « comment on peut agir, mais comment on doit agir ! »

David Barjon (Directeur Départemental des Territoires et de la Mer du Var, référent départemental du CTE pour l’État) assure du soutien technique des services de l’État.
Christine Amrane (présidente du syndicat mixte du massif des Maures) pour qui la transition écologique est une priorité pour les générations à venir, a appelé l’attention des participants sur l’intérêt du CTE pour les territoires.
Permettant de travailler en transversalité et créer du lien, sous forme de guichet unique pour les porteurs de projet, ce CTE fera du Massif des Maures un projet de transition énergétique ambitieux. Elle remercie les services de l’État pour leur confiance et assistance dans le portage de ce projet.
Julie Mariton (pilote de l’équipe projet du syndicat mixte) a rappelé la singularité du massif des Maures de par : son littoral, sa plaine et son massif. La déprise agricole a laissé une place prépondérante à la forêt (116 300 ha). Ce poumon vert apporte une richesse écologique rare, en termes de biodiversité, mais pas seulement. C’est également un territoire soumis aux effets du changement climatique (feux de forêts, inondations…).
Le "file rouge" du CTE : répondre à l’urgence climatique, en remettant le massif des Maures au cœur de la transition écologique des territoires.


Le choix du périmètre d’action CTE est identique à celui de la charte forestière.

Les "orientations stratégiques" retenues :

  1. Développer une gestion forestière durable qui contribue à l’atténuation du changement climatique ;
  2. Préserver et restaurer les fonctionnalités du massif en matière de biodiversité et de paysage ;
  3. Développer une agriculture vivrière méditerranéenne orientée vers les circuits courts. ;
  4. Intégrer les aléas méditerranéens, planifier et gérer la préservation de la ressource en eau du massif. ;
  5. Accueillir, organiser et concilier les usages, sensibiliser et éduquer aux enjeux de la transition écologique et énergétique sur le massif.

Le CTE du massif des Maures est un contrat évolutif, à l’échelle des trois EPCI. Il est co-construit à partir de projets locaux avec des objectifs chiffrés et une évaluation.
Il ne s’agit pas de nouveaux financements, mais d’une mobilisation coordonnées des financements existants.
David Barjon a insisté sur l’aspect concret des actions qui seront réalisées, grâce à la rédaction de fiches actions détaillées intégrées à la charte d’engagement de chacune des parties prenantes, charte évolutive en terme de nombre d’actions et de partenaires.
Dès à présent, Christine Amrane, invite les porteurs de projets à construire leurs fiches actions déclinant l’une des cinq orientations stratégiques. Prochain rendez-vous novembre pour arrêter les actions du "millésime 2020" .

De nombreux de participants ont répondu présents : élus et représentants des communes et collectivités concernées, nombreux partenaires et porteurs de projets : associations, syndicats de producteurs locaux, entreprises, ADEME, COFOR, Chambre d’agriculture, Caisse des dépôts, Chambre des métiers et de l’artisanat, Conservatoire du littoral, ONF, Parc national de Port-Cros, SDIS, Conseil départemental, Conseil régional, DREAL ; tous prêts à contribuer.