Contenu

Signature du Contrat de sécurité intégrée à la Seyne-sur-Mer

 

Le Contrat de sécurité intégrée concrétise le partenariat entre l’Etat et la commune pour renforcer la sécurité avec des premiers engagements à la clef. Présentation.

 

Le 17 mars 2022, le préfet du Var, le procureur de la République près le tribunal judiciaire de Toulon, le directeur académiques des services de l’Éducation nationale et la maire de la Seyne-sur-Mer ont signé un contrat de sécurité intégrée (CSI).

 

Qu’est ce que le CSI?

Le CSI est un nouvel outil proposé par le Gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre de la loi pour une sécurité globale, afin de concrétiser le partenariat et les engagements entre l’État et les collectivités territoriales dans le domaine de la sécurité.

Dans cet esprit de coopération et de responsabilité, les services de l’État, le procureur de la République de Toulon et la ville de la Seyne-sur-Mer s’engagent à apporter des réponses concrètes aux problèmes d’insécurité et de délinquance.

Ces engagements concernent tout d’abord les moyens humains et matériels. Il s’agit également d’adapter l’emploi des forces aux enjeux du territoire, à renforcer la coopération entre la police nationale, la police municipale et le parquet de Toulon.

Enfin, ce contrat permet d’identifier les actions qui devront faire l’objet d’une étude de financement, au titre du Fonds interministériel de la prévention de la délinquance (FIPD), de la politique de la ville ou de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

 

Les axes forts du contrat de sécurité intégrée de la Seyne-sur-Mer

Le contrat de sécurité intégrée de La Seyne-sur-Mer se décline en 47 actions réparties en 7 axes principaux :

1- Renforcer les moyens humains et matériels des polices nationale et municipale, et de la justice
2- Renforcer la mobilisation et la coopération des acteurs du continuum de sécurité
3- Prévenir la délinquance et développer la vidéoprotection
4- Lutter contre le trafic de stupéfiants et le phénomène des squats
5- Renforcer les relations polices/population
6- Mobiliser les acteurs et les moyens alloués au titre de la Politique de la ville
7- Affirmer la présence des services de l’Éducation nationale dans les quartiers où le besoin est le plus fort.

 

Les premiers engagements

  • 25 policiers nationaux ont pris leurs fonctions en 2021 au sein de la circonscription de sécurité publique de la Seyne-sur-Mer ;
  • les effectifs de policiers municipaux vont être renforcés dans le but d’atteindre le quota d’un agent de police municipale pour 1 000 habitants, d’ici à 2026, soit 67 agents, contre 57 aujourd’hui.

Ces recrutements supplémentaires permettront de renforcer la présence des policiers sur la voie publique, notamment sur les quartiers les plus sensibles de la commune de la Seyne-sur-Mer, permettant ainsi de lutter plus efficacement contre les incivilités et renforcer le lien police/population.

Le parquet de Toulon s’engage quant à lui à développer une politique pénale de proximité visant à lutter contre les incivilités du quotidien et à organiser leur traitement dans le cadre d’un circuit dédié.

Le nombre de caméras de vidéoprotection installées sur le territoire de la commune sera également augmenté jusqu’en 2026. L’État participera financièrement à l’acquisition de ce matériel par la commune de la Seyne-sur-Mer, au titre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIPD).

La ville de la Seyne-sur-Mer va poursuivre son projet de nouvel aménagement d’un Hôtel de police municipale, situé avenue Garibaldi.

Au-delà des seuls domaines de la police et de la justice, d’autres acteurs sont mobilisés pour améliorer la sécurité et la tranquillité publiques sur la commune.

Afin de prévenir la délinquance dès le plus jeune âge, les services de l’Éducation nationale renforceront ainsi les actions mises en place afin de lutter contre le décrochage scolaire et apporteront leur appui aux actions de soutien à la parentalité. De manière générale, les actions en matière de réussite scolaire, de prévention du décrochage, de l’orientation, de l’accès à la formation et à l’emploi feront l’objet d’un soutien fort de la ville et de l’État.

Au titre de la politique de la ville enfin, l’État et la ville s’engagent à soutenir les projets et actions portés par le secteur associatif visant à renforcer la politique du « aller vers ».